Home > INVITÉS D’HONNEUR 2016

Un immense MERCI à Daniel DEPOUTOT et David ZELLER qui ont accepté de nous honorer de leur présence et qui parraineront les artistes du Prix EuropARTvision 2015 et 2016 ( prix du vote du public).

 

– Invité d’honneur: Daniel DEPOUTOT, artiste plasticien

www.danieldepoutot.com

daniel.depoutot@orange.fr

portrait-depoutot-small

Daniel Depoutot est né à Constantine en 1960.

Artiste plasticien, il expose ses œuvres partout en Europe, de Barcelone à Berlin, de Genève à Anvers, de la Pologne à la République Tchèque, de l’exposition universelle de Hanovre en passant par les galeries, les Musées, les centres d’art contemporains, les centres culturels… L’Horloge du Millénaire en 2015 (une installation d’art contemporain à la gare de Strasbourg pour célébrer le millénaire des fondations de la cathédrale) a marqué la synthèse des recherches qu’il mène depuis une vingtaine d’années dans son atelier strasbourgeois, l’horloge étant considérée comme la mère de toutes les machines. De nombreuses publications sont consacrées à son oeuvre.

Depuis 1988 il est chargé de cours au Département Arts Visuels de l’Université de Strasbourg.

C’est dans un entrepôt désaffecté du port du Rhin à Strasbourg qu’il explore depuis des années l’art des automates, avec la complicité bienveillante de la déchetterie voisine où il se fournit en vélos rouillés, cafetières usagées et autres déchets métalliques pour en faire d’étonnantes sculptures animées. Son atelier regorge d’automates grimaçants, de machines absurdes actionnées à l’huile de coude, recyclées des rebuts de la société de consommation: tournedisques tirant la langue, jantes de voiture autopropulsées… La comparaison avec le Suisse Jean Tinguely est tentante mais l’artiste alsacien la réfute: « Tinguely était plus dans les sports mécaniques et la démesure ». Daniel Depoutot préfère travailler à l’économie, épurer pour réduire ses machines à l’essentiel.

« Il sévit dans la région voire au-delà depuis un moment. Il a suivi des études d’Arts Plastiques à l’Université des Sciences Humaines de Strasbourg à la fin du 20 ème siècle, roulé sa bosse en divers endroits avant d’envahir un vaste atelier imprudemment mis à sa disposition par feu le groupe Coop Alsace il y a une vingtaine d’années. Mégalomane, il a entrepris son grand-oeuvre en développant un fumeux projet d’Absolutotalgesammtskunstwerk qui lui permet, par la pratique de diverses disciplines artistiques plus ou moins maîtrisées, de sublimer ses pulsions, c’est déjà ça. Pervers narcissique, polymorphe et manipulateur il réussit parfois à associer dans ses entreprises incertaines âmes crédules et autres cloches. Parti de peu, arrivé à force de travail à pas grand chose, il continue… ».

Nos petites questions à Daniel:

1. Si vous étiez une couleur… bleu (de travail)

2. Si vous étiez une musique… j’aime regarder les filles, Patrick Coutin 1981

3. Si vous étiez une oeuvre d’art… Le Cheval Majeur, Duchamp Villon 1914

4. Si vous étiez un monument… le tombeau du Maréchal Desaix, Pigalle, Temple St Thomas, Strasbourg 

5. Si vous étiez un Musée… le Centre Pompidou

depoutot 1Daniel-inside-2

 

– Invité d’honneur: David ZELLER alias Zed, sculpteur

http://www.zellerdavid.com/Bienvenue.html

contact@zellerdavid.com

David Zeller © David Law - copie

La multiplicité du monde, voici ce qui anime, ce qui pousse Zed à créer. Né en 1976 à Mulhouse, ce sculpteur autodidacte peaufine sa pratique depuis l’âge de douze ans, travaillant divers matériaux. Enfant sur la plage, il découvre le potentiel du sable ; plus mûr, vivant aux Antilles, il s’attèle à la tradition du bois. Depuis 2010, l’artiste à temps plein s’est lancé dans l’exploration de son matériau de prédilection : le verre acrylique.

Ses premières sculptures sur bois, réalisées à l’instinct sans travaux préliminaires alors qu’il vivait en Guadeloupe, représentent des dizaines de corps ou de visages souvent très expressifs. D’inspiration tantôt classique, tantôt ethniques, ses œuvres se parent du caractère noble propre au bois : lisses et polies, elles stimulent tout autant la vue que le toucher. Zed, «guidé par ses sensations», tente à travers son art de capter la multiplicité des comportements humains : il tente de capter «l’Homme, et plus précisément ses actes et attitudes (…) ses interactions avec la vie».
Progressivement, il s’affranchit de la tradition et approfondit son travail : à la recherche d’un universel, de l’essence du mouvement, il décide de priver ses sculptures de visage, de les libérer d’une esthétique réaliste qu’il qualifie de « parasite ».

Il conçoit alors son œuvre la plus fameuse, le Flexo : un personnage neutre, à la silhouette unique, se voulant le support de ses recherches sur les attitudes et le mouvement. Zed estime en effet « qu’il est possible de retranscrire toutes les émotions, de tout dire, juste à travers une gestuelle. » Par ses postures variées, le Flexo incarne son désir de saisie du multiple, du geste dans sa fluidité : «Tour à tour amoureux, contemplateur, audacieux ou insolent, chaque Flexo est un reflet de nous.» Impossible à mouler industriellement, chacune de ses attitudes «cool», «audacious», «active», «desperate» du Flexo, est acquise par thermoformage à la main. Suivant le même principe, l’artiste développe ensuite ses «cleb’art» Roxo et Woopy, posant «assis», «sans retenue» ou «aux aguets».

The variety of the world and what animates it inspires Zed to create. Born in 1976 in Mulhouse, France, this self-taught sculptor has been refining and polishing his technique since the age of twelve, working in diverse materials. As a child on the beach, he discovered the potential of sand; older, living in the Antilles, he started working with wood. Since 2010, this full-time artist has plunged into an exploration of his favorite material: acrylic glass.

His first wooden sculptures, made by instinct and without preliminary preparations, were done in while he was living in Guadaloupe. His inspiration was both classic and ethnic in these often highly expressive wooden bodies and faces. To enhance the noble quality of the wood, Zed’s figures are smooth and polished to a sheen, stimulating the eyes and the tactile sense at the same time.

Nos petites questions à Zed:

1. Si vous étiez une couleur… le bleu

2. Si vous étiez une musique… « La » musique en général

3. Si vous étiez une oeuvre d’art… un Flexo « Be Lover »

4. Si vous étiez un monument… le Manneken Pis

5. Si vous étiez un Musée… le musée Guggenheim à Bilbao

bando de flexo zeller
Zed is « guided by his sensations », and seeks through his art to capture the multiplicity of human behavior: he tries to capture « Man, and more specifically his acts and attitudes (…) his interactions with life ». He is gradually breaking the bounds of tradition and his works are taking on more depth: in his search for universal, the essence of movement, he has decided to deprive his figures of faces, to free them of a realist aesthetic that he calls « parasitic ».

He has conceived his most famous works, the Flexo, as a natural consequence of his research on attitudes and movement. The Flexo is a unique silhouette and a neutral character. Zed believes that it ts possible translate any emotion, to say anything, simply through gestures. « In its various postures, the Flexo incarnates Zed’s wish to capture variety and the fluidity of gestures: by turns in love, contemplative, daring or insolent, each Flexo is a reflection of us ». Each of Flexo’s « cool », « daring », « active », « desperate » attitudes is obtained through thermoforming by hand.

Following the same principle, Zed has developed his “Cleb’art”, Roxo and Woopy, in sitting poses, all natural, sometimes caught “en flagrant delit” or “waiting watchfully”.
David Zeller has presented his work in many exhibitions in galleries and contemporary art salons throughout the world. The locations include France, Monaco, Italy, Belgium, Switzerland, U.K., Japan, U.S.A.