Home > Projects > Chris Vanden Broeke : photographe

+32 476 539 086         amt.bvba@telenet.be

Tout commence… à bout de sens.
Parce qu’avant, le cerveau, il contrôle tout. Il reconnaît parfaitement les messages des sens, trop chaud, trop froid, feu vert, feu rouge, serpent, cheval, maman, patron, regard qui promet, attente, bon vin, trop cuit, blessure, mal, joie, sourire … et réagit en envoyant des messages, des ordres aux muscles, aux hormones, via les nerfs. Facile… Système qui fonctionne bien…
Mais parfois, les sens ne suivent plus, ils envoient des messages au cerveau qui se contredisent, ou qui ne correspondent pas du tout à la réalité, et le cerveau s’étonne, demande une confirmation aux sens, compare les signaux de différents sens, essaie de voir une logique, panique parce qu’il est a bout de sens…

Et c’est là que cela devient intéressant…

Qu’est ce que je fais dans mes photos? Je montre une image qui ressemble à une réalité, qui donne quelques références au cerveau: nuages, lune, montagne, soir, nuit… Mais il y a des éléments que le cerveau ne comprend pas. Il y a des impressions, des sensations qui ne correspondent pas aux schémas appris par l’expérience, l’éducation, … Des lignes s’arrêtent où elles ne devraient pas s’arrêter, des déséquilibres deviennent des équilibres, des sources de lumière éclairent des zones qu’elles ne peuvent jamais atteindre, ou au contraire…
Les sens et le cerveau ne comprennent pas, parce que j’ajoute un élément: le temps. Oui, ils connaissent l’élément temps évidemment, mais ils l’associent à une durée. Ici, ils reçoivent des centaines d’images d’un même univers pris à partir de plusieurs points de vue (en trois dimensions) comme si s’était une seule image, une seule vue. Evidemment, ils connaissent le principe, cela se fait dans les photos de sports, de danse, … mais là, ils ont des références, des visages, des jambes, etc. Ici, ils n’ont aucune référence, parce que j’utilise la lumière directe.

Et la lumière directe, c’est un monde interdit, tabou, sans références pour les sens, elle est même dangereuse pour les sens, … Ne regarde jamais directement vers le soleil sans protection des… sens!

Elle est aussi mystérieuse. Les sens et le cerveau sont confrontés à un univers inconnu, mais le cerveau essaie quand même de comprendre, donc il improvise…

A bout de sens, c’est l’inconnu.
A bout de sens, tout commence.
A bout de sens, le temps n’est pas perdu.