Home > Projects > Valérie Etterlen : plasticienne

etterlenvalerie@gmail.com     + 33 (0) 6 35 55 76 71

www.valerieetterlen.com

Née en 1987 à Guebwiller, Valérie ETTERLEN est une artiste plasticienne qui vit et travaille à Stras- bourg. Son travail, plusieurs fois primé, rencontre l’adhésion d’un large public. Diplômée des Beaux-Arts de Nîmes, elle y découvre la lithographie et la gravure qui marqueront durablement son travail par le souci du détail, la précision du trait et le rapport au temps dans l’acte créatif. L’exposition L’âpre Sens s’articule autour du sens du goût, sens très particulier en ce qu’il juge en même temps qu’il perçoit. Il est tributaire de la culture, des milieux sociaux, des lieux, des époques et pourtant, au fil du temps le goût a perdu de son importance à la faveur d’autres sens. Aujourd’hui, pour éviter de nous empoisonner, nous regardons si, au-dessus d’une fontaine, il est écrit «eau potable» ou bien nous regardons, sur l’emballage que nous allons ouvrir, la liste des ingrédients, et la date limite de consommation. Nous faisons appel à la vue plus qu’au goût pour être informé de ce qui est bon ou non pour nous. Ce constat est l’une des conséquences de la production industrielle actuelle dans le secteur agroalimentaire.

Partant de ce constat Valérie ETTERLEN invite le spectateur à la réflexion de ce qui fait son quotidien et son environnement. L’ensemble du projet est construit sur la problématique de l’équilibre des rapports entre homme et animal et plus largement entre Nature et Société. Les œuvres, réalisées dans un souci d’accessibilité, se veulent le point de départ d’un questionnement et ne sont pas une dénonciation ou une exhortation à changer de mode de consommation ou de vie. Il suggère au spectateur de mettre en perspective ses habitudes personnelles et privées dans un contexte global.

Les propos de sa présentation à troisième STR’OFF sont découpées en trois parties: le goût (que consommons-nous et comment), l’animal (dualité des représentations dans une société industrialisée), la frontière entre animalité et humanité. Le projet tente de questionner le sens et plus précisément la limite du raisonnement de nos sociétés.