Home > Projects > Mylène Lipp-De Moya : plasticienne

facebook mirabilé visu

Issue de la faculté d’arts plastiques de Strasbourg la pratique de Mylène Lipp-De Moya reste picturale pendant de nombreuses années et est influencée par le Japon et ses estampes. Parallèlement, elle cultive une passion pour le tissus et la confection de bijoux en tissus puis se décide à fusionner les deux pratiques en se lançant dans la réalisation d’oeuvre tout en accumulation de sujets en tissus cousus. Elle souhaite ainsi détourner les savoirs-faire du loisir créatif mais surtout délivrer un vrai message écologique et durable par le biais de ces matériaux. Cette présentation « massive » fait aussi écho à notre société contemporaine, le toujours plus, la production en chaîne, en d’autres termes, la société de consommation! Elle utilise les restes, les chutes de tissus comme pour, peut-être, conjurer ce sort…

Le sujet des poupées de chagrin vient d’une amie et leur origine part du Guatemala. La légende des poupées magiques, y est largement répandue. Si l’on raconte le soir ses soucis aux poupées « mange-chagrin » avant de les déposer sous l’oreiller, ils auront disparu le lendemain emportés par celles-ci. La curiosité a emmené la plasticienne à chercher dans les us et coutumes des peuplades et en passant dans leur folklore (comme on peut le voir dans le choix des tissus ) et elle s’est aperçue que beaucoup de peuples enveloppaient leur bébés de la même manière que les poupées de chagrin. C’est même quasi universelle et cela contribue à apaiser, rassurer, contenir nos sens primaires étant bébé comme la peur, l’inquiétude, le stress et le chagrin… Tout comme les « doudous » d’ailleurs!

La plasticienne cherche à retranscrire cette idée en proposant des oeuvres « all over » accumulées de sujets en quantité incroyable. Par ce biais, il s’agit de permettre au spectateur un retour à l’enfance qu’il a oubliée, voir enfouie, et qui va apparaître grâce à cette immersion visuelle mais aussi olfactive, sens aussi puissant que la vue! (La lavande des grands mères,les lessives…)